Techniques d’exploitation du cerveau et neuroimagerie

Techniques d’exploitation du cerveau et neuroimagerie

  • Depuis quelques décennies, le cerveau commence à livrer ses mystères. Désormais, les techniques d’exploration sont devenues non invasives et sans danger. En voici quelques-unes.
  • Il vous est présenté les trois techniques les plus courantes : IRMf, Electroencéphalographie, Magnétoencéphalographie.

La plupart des grands laboratoires étudiant les mécanismes de la cognition travaillent avec ces techniques.

 

Développement

L’imagerie fonctionnelle par résonance magnétique (IRMf) détecte l’activité des neurones par le surcroît d’oxygène nécessaire à leur fonctionnement, apporté par l’hémoglobine du sang. Les propriétés magnétiques de cette dernière se modifient lors de l’activation, et sont rendues détectables grâce au gros aimant que constitue le dispositif d’IRM. En taille, le niveau de mesure d’activité est de l’ordre du millimètre du cerveau.

L’électroencéphalographie (EEG) enregistre les micro-courants électriques émis par les populations de neurones en activité, grâce à un grand nombre de petites électrodes.

La magnétoencéphalographie (MEG) permet de mesurer les champs magnétiques engendrés par les courants électriques produits par les neurones en activité.

Selon la technique utilisée, il est possible de suivre l’activité d’un nombre de neurones allant d’une population de quelques unités à des millions, et d’en suivre l’évolution au cours du temps ou de les photographier.

Explorer le fonctionnement du cerveau, c’est également comprendre les mécanismes moléculaires, ioniques, électriques au cœur des cellules du cerveau que sont les neurones et les cellules gliales. Identifier les processus chimiques qui sous-tendent la formidable et complexe machine qu’est le cerveau, c’est comprendre : le rôle des neurotransmetteurs au niveau des synapses, la circulation de l’information dans et en périphérie des axones, la transmission de l’information entre les neurones, la déconstruction et la reconfiguration des arborescences de neurones, la connectivité et la dynamique dendritique, les processus de création de nouveaux neurones (neurogenèse) et leur destruction.

Progressivement, les cartes du fonctionnement du cerveau sont reliées aux comportements et activités cognitives. Les avancées ont été spectaculaires au cours des dernières décennies. Le chemin qui reste à parcourir reste immense.

 

©Equipe Sciences cognitives, Comment Changer l’Ecole