Qu’est-ce qu’une Cogni’classe ?

Qu’est-ce qu’une Cogni’classe ?

En collèges et lycées, il s’agit d’un travail d’équipe. Trois professeurs au minimum de la même équipe pédagogique d’une classe, mettent en place plusieurs modalités en commun issues des « pistes d’application des sciences cognitives » à l’apprentissage. Ces pistes ont trait aux domaines suivants : mémorisation, compréhension, attention, implication active, évaluation. Elles peuvent inclure la pratique d’outils numériques.

Cependant un projet autour des sciences cognitives peut être conduit par un seul professeur, pour démarrer.

En premier degré, elle est conduite par l’enseignant de la classe.

 

La Cogni’Classe est la formule qui fonctionne le mieux dans l’ensemble de nos expérimentations. Pourquoi ?

De toutes les applications possibles que notre équipe a expérimentées depuis 5 ans, c’est la formule qui se révèle la plus fructueuse, tant pour l’impact auprès des élèves, qu’au sein de l’équipe des enseignants, et de l’établissement.

On relève les points de fonctionnement suivants :

  • Cohérence des pratiques entre collègues. L’accord des enseignants accroît la crédibilité de la démarche auprès des élèves, de la direction de l’établissement et des corps d’inspection, des parents, de l’Institution (CARDIE, DANE) ;
  • Résultats significatifs, tant en performance scolaire qu’en climat de classe et en représentation que l’élève construit de sa posture d’apprenant ;
  • Régulation et effet d’entraînement au sein de l’équipe.

A la rentrée de septembre 2017, ce sont plus de 200 Cogni’classes que nous suivons tant en premier degré qu’en collèges et lycées.

 

SITE de référence : sciences-cognitives.fr

 

CONDITIONS DE MISE EN ŒUVRE

  • Le noyau de l’équipe pédagogique (si possible au moins 3 enseignants) choisit plusieurs pistes généralement choisies dans notre document « Pistes d’application des sciences cognitives ». Les pistes sont choisies dans les domaines : mémorisation, compréhension, attention, implication active, évaluation. Mais il peut s’adjoindre d’autres axes spécifiques à chaque établissement, en fonction des contextes et des histoires, en rapport avec les apports des sciences cognitives.
  • Les enseignants se donnent des moyens d’observation des effets obtenus sur les élèves, permettant au cours de l’année d’obtenir des résultats qualitatifs ou qualitatifs significatifs (cf. Evaluation d’une expérimentation).
  • La crédibilité de l’équipe auprès des élèves, des parents, de la direction, des corps d’inspection, est plus forte lorsque le dispositif est partagé par plusieurs collègues.
  • Un pilote de l’équipe (un enseignant de l’équipe ou autre) est vivement recommandé.
  • L’initiative est clairement communiquée dans l’établissement, auprès de la direction, de l’ensemble des enseignants, éventuellement des responsables académiques de l’innovation, des conseillers pédagogiques pour le premier degré. Le projet est clairement et simplement annoncé par un document écrit.
  • L’équipe pédagogique nous communique le projet, nous pouvons la conseiller si demande. Elle partage ses observations, ses difficultés et ses résultats positifs. Connaître ces informations est extrêmement précieux pour nous, cela permet de disposer d’un nombre important de résultats, et de pouvoir à notre tour, communiquer.
  • Travailler en équipe est évidemment souhaitable pour le partage, le soutien mutuel, la régulation, la répartition des actions, etc. Il s’agit d’une véritable formation à plusieurs, en établissement.

 

 

COMMENT S’Y PRENDRE ?

  1. Tout commence par une sensibilisation au thème de l’application des sciences cognitives dans l’apprentissage: comment le cerveau perçoit, comprend, mémorise et oublie, développe ses capacités attentionnelles, s’implique. Cette sensibilisation-formation est possible soit par notre site, conçu à cet effet, soit par un Relais-ressources, soit en nous sollicitant pour une conférence dans la mesure de notre disponibilité. Soit par des lectures (cf. notre bibliographie). Dans le menu RELAIS-RESSOURCES du site, vous trouvez des vidéos permettant de présenter quelques thèmes aux collègues.
  2. Mise en place de l’équipe : un minimum de 3 à 4 professeurs est requis pour une même classe, s’engageant à mettre en œuvre des axes communs. Il n’est pas indispensable que toute l’équipe de la classe soit concernée. Un professeur coordonnateur est vivement recommandé. Il fait le relais auprès de la direction, met le document-projet au clair, communique avec notre équipe si nécessaire. La nature des disciplines n’importe pas.
  3. Ecriture d’un document-projet: il est important, vis-à-vis des enseignants de l’équipe, mais également de la direction et de tout contact extérieur, de décrire le projet : classe concernée, axes choisis et résultats attendus, indicateurs d’observation, bilans-étapes. Merci de le transmettre à notre équipe à l’adresse : « contact@sciences-cognitives.fr ».
  4. Rôle de l’équipe de direction: se tenir informée du projet, assurer les conditions favorables de mise en œuvre, animer deux ou trois points étapes en cours d’année, ainsi qu’une réunion bilan de fin d’année en invitant d’autres professeurs volontaires
  5. Animation par un relais-ressources. Il est prévu la formation de relais-ressources, qui sont les enseignants pilotes du projet. Cette formation s’effectue soit par un stage en région lorsqu’il est possible de la mettre en place, soit individuellement via notre site « sciences-cognitives.fr ». Il suffit de nous en avertir, et nous vous mettons dans la boucle du réseau ». Le relais-ressources se situe entre le simple enseignant partie prenante du projet, et un formateur académique. Il dispose d’un bagage suffisant et d’accès à des ressources que nous mettons à disposition, lui permettant d’animer son équipe.
  6. Choix des pistesIl est conseillé de choisir quelques pistes parmi les thèmes présentés dans le document « Pistes d’application des sciences cognitives à l’apprentissage ». Cette liste, déjà bien nourrie, n’est pas exhaustive. Nous la réactivons régulièrement. Les équipes peuvent y ajouter des pratiques pédagogiques ou l’utilisation d’outils numériques en cohérence avec les sciences cognitives appliquées à l’apprentissage
  7. Communication aux élèves et aux familles : il est conseillé de ne pas « stigmatiser » les élèves et les familles avant les premières semaines de l’année d’expérimentation. Aucune sélection d’élèves a priori, vous commencez l’année comme si rien n’était. C’est simplement au fil des premières semaines que vous mettez en place les modalités. Vous les présentez tout simplement aux parents lors de la présentation du début d’année, comme il est généralement d’usage.
  8. Communication à la direction et à notre équipe. Il est essentiel de faire des bilans d’étapes, à la direction de votre établissement d’une part, à nous-même d’autre part, pour faire le point de ce qui fonctionne plus ou moins bien, les résultats positifs et les difficultés rencontrées.

Merci de nous prévenir du lancement d’un projet Cogni’Classe dans votre établissement. Utilisez la fiche d’action proposée dans le présent menu.

 

 

UNE ETHIQUE PROFESSIONNELLE AVANT TOUT !

Les neurosciences cognitives font une entrée massive dans le monde de l’apprentissage. On peut considérer qu’il s’agit là d’une bonne nouvelle, trop de pratiques pédagogiques à l’écart de ce que l’on sait du fonctionnement du cerveau de l’apprenant ne jouant pas en faveur de l’efficacité pédagogique, de l’estompage de la difficulté scolaire et du climat de l’apprentissage. Il est l’heure d’ajuster la pédagogie sur la base d’éléments scientifiques avérés.

Cependant, une attitude professionnelle et éthique s’impose, inscrite fondamentalement dans l’esprit de notre équipe :

. Introduire des éléments de neurosciences ne conduit pas au miracle. Le passage des théories à la classe s’amorce et balbutie, même si de nombreux enseignants depuis longtemps ont pris l’initiative de pratiquer des méthodes nouvelles. Des modalités innovantes ne pourront être préconisées avec assurance que lorsqu’elles auront été éprouvées très largement, dans des contextes variés d’élèves, d’établissements, d’enseignants aux expériences diverses.

. Les enseignants sont des expérimentateurs au quotidien, eux seuls pourront faire avancer la pédagogie, au pas à pas, tout comme est l’avancée des sciences, avec prudence, rigueur, détermination. C’est grâce et avec vous que doucement les pratiques peuvent changer.

 

C’est l’esprit dans lequel travaille notre équipe, qui rassemble des enseignants expérimentateurs, des formateurs académiques, des personnes d’encadrement et d’inspection, des chercheurs, des responsables d’organisations apprenantes, des enseignants qui ne cessent d’étudier les neurosciences cognitives pour mieux les appliquer.

 

Bonne aventure pédagogique !
 
creative commons

©Equipe Sciences cognitives, Comment Changer l’Ecole