Niveau 1 Vulgarisation

Niveau 1 Vulgarisation

Niveau 1 « Vulgarisation » 

 

Le livre de la Mémoire

Alain Lieury, Dunod Edition, 232p

Voyage en images au centre de la mémoire. Le lecteur revit la chronologie d’une exploration qui s’étend sur plus de trois millénaires, de l’Antiquité aux chercheurs d’aujourd’hui, de la patiente élaboration des procédés mnémotechniques aux découvertes les plus récentes des neurosciences.

Le livre est organisé en fiches très faciles à lire, comme un documentaire. En aucun cas il ne peut être considéré comme un ouvrage de travail pour les enseignants.

 

Pourquoi les filles sont si bonnes en maths

Laurent Cohen, Odile Jacob, 294p

Laurent Cohen est professeur de neurologie à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, et excellent vulgarisateur. Il répond à 40 questions étonnantes, de façon rigoureuse et parfois drôle : des souvenirs d’enfer, les gènes et l’instituteur, les bienfaits des jeux vidéo, le cerveau multitâche, etc.

Se lit sans effort, mais non adapté à la mission du professeur.

 

Mon cerveau, ce héros, Mythes et réalités

Elena Pasquinelli, Editions Le Pommier, 230p

Dans ce remarquable petit ouvrage qui se lit comme un roman, Elena Pasquinelli, philosophe, collaboratrice à La Main à la Pâte, et chargée de cours à l’Ecole Normale Supérieure, aide à faire la part entre les connaissances fiables sur le cerveau et les « méga arnaques » médiatiques et autres mythes dont les enseignants doivent absolument se départir : cerveau gauche et cerveau droit, muscler le cerveau, les 10% utilisés par le cerveau, etc.

Une lecture efficace pour nous former à l’indispensable vigilance requise pour les professionnels de l’apprentissage.

 

Apprendre à résister

OIivier Houdé, Editions le Pommier, 90p

Olivier Houdé est aujourd’hui professeur à l’Université Paris-Descartes où il dirige, à La Sorbonne, le Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant du CNRS. Son laboratoire est l’un des plus spécialisés sur les questions cognitives de l’apprentissage.

Il travaille en particulier sur la capacité du cerveau à inhiber les automatismes de pensée pour permettre de réfléchir. L’auteur explique la genèse de cette découverte au travers de nombreux exemples chez les bébés, les enfants et les adolescents. Et nous montre comment la mettre en œuvre pour améliorer l’apprentissage, à tout âge.