Développer la concentration en cours d’EPS

Développer la concentration en cours d’EPS

A son initiative, et seule expérimentatrice dans son établissement, Stéphanie GIROUARD est décidée à faire avancer certains thèmes des sciences cognitives dans la pédagogie. Il s’agit d’ailleurs de sa deuxième expérimentation.

Elle s’attaque actuellement – et l’étude n’est pas achevée – à l’impact de modalités pouvant contribuer au développement des capacités attentionnelles.

Nous vous présentons le projet qu’elle met en œuvre. 

 

Présentation

Choix de la classe : 4e4

Caractéristiques des élèves : 

  • Bavards (très bonne entente entre élèves)
  • Souvent puériles (ils cherchent beaucoup à s’amuser)
  • Prêts à s’engager très rapidement dans toutes les tâches proposées, parfois au détriment de l’écoute des consignes (y compris celles liées à la sécurité)

Activité pratiquée : Judo

Cette activité exige la maîtrise de soi. Elle nécessite de savoir se contrôler. La concentration doit être maximale pour espérer déstabiliser l’adversaire.

 

Qu’est-ce que se concentrer en Judo ?

  • Ne pas se disperser (gestion des pensées émergentes)
  • Maîtriser ses émotions (peur, rire,…)
  • Se focaliser sur la tâche proposée
  • Ne pas tenir compte des «mimiques» ou paroles des adversaires
  • Rester impassible face aux regards des observateurs

Chaque situation spécifique à la concentration sera annoncée aux élèves et un feed-back aura lieu afin de connaître leurs ressentis.

 

Mesure du développement de l’attention des élèves

Qualitativement par le professeur :

  • Capacité à se mettre en silence lors de la transmission des consignes
  • Capacité à reformuler les consignes sans erreur
  • Diminution des rires, comportements mal venus
  • Capacité à mieux réaliser les exercices
  • Capacité à exprimer et commenter l’évolution personnelle des capacités attentionnelles

Un bilan peut être mis en place au terme de la séquence Judo

Il serait également intéressant à ce moment de recueillir des avis d’autres professeurs de la classe.

 

1ère séance 

  • Explication des enjeux liés à la concentration, au développement des capacités attentionnelles, au fonctionnement du cerveau.

L’adolescence, un moment clé pour développer les capacités attentionnelles. (Diaporama)

  • Proposition de défi : «Vous devrez être capables d’agir comme un sportif de haut niveau dans la gestion de sa concentration lors de la préparation et lors des combats.»

Objectif : Faire de la période de transmission des consignes une opportunité de développement de l’attention.

 

Puis lors de chaque séance

Protocole de transmission des consignes, utilisé de manière systématique à toutes les séances :

  • Accueil des élèves dans le Dojo.
  • Appel effectué dans le calme avec les élèves assis, à environ 50 cm les uns des autres pour limiter l’effet des distracteurs.
  • Assis en tailleur, les mains sur les genoux.
  • Présentation des objectifs de la séance, à l’oral : durée 1’ maximum.
  • Demande à un élève de reformuler et à un autre de valider ou compléter.

Lors de chaque séance, des exercices vont être proposés afin de solliciter un degré optimal de concentration:

  • Exercices de respiration en début, en fin de cours (et à chaque fois que cela semblera nécessaire) : se concentrer sur son nœud de ceinture.
  • Au cours des échauffements, se concentrer pendant la course pour effectuer le plus rapidement possible les actions demandées par le professeur (s’allonger sur le ventre, sur le dos, ramper, marcher en canard, effectuer des chutes arrière, …).
  • Se saluer avant chaque exercice (moment de concentration important).
  • Travail de déplacement par 2, en étant «corps contre corps» : être capable de suivre son partenaire en restant toujours au contact, sans se laisser submerger par des émotions liées au contact corporel.
  • Travail par 2 : repérer rapidement l’action que le partenaire effectue pour répondre avec  le mouvement adapté :

S’il serre les jambes, alors j’utilise un fauchage extérieur

S’il écarte les jambes, j’utilise un fauchage intérieur

S’il avance, je le tire vers moi pour le déséquilibrer

S’il recule, je le pousse

  • Travail autour des immobilisations au sol : Effectuer les positions sans rire ou crier (se concentrer exclusivement sur sa tâche) et y parvenir avec différents partenaires.

Possibilité de tester l’évolution de leur attention : simuler une perturbation lors de la transmission des consignes (faire circuler 1 ou 2 élèves parmi la classe) et noter la capacité à ne pas se laisser distraire.

 

©Equipe Sciences cognitives, Comment Changer l’Ecole