En 8 semaines, le cerveau des élèves de 6ème avaient oublié

En 8 semaines, le cerveau des élèves de 6ème avaient oublié

 

Le professeur a démontré que tous les élèves d’une classe de 6ème a oublié les ¾ des 25 définitions qu’ils avaient apprises 8 semaines auparavant.

Etude réalisée par Stéphanie Girouard, Professeure d’EPS
Dans une classe de Sixième (26 élèves) du Collège Jean-François Clervoy de Franconville (95)

Elle met en évidence trois observations :
. La rétention a diminué de 74% en 8 semaines sur l’ensemble de la classe et concerne tous les élèves ;
. Les meilleurs élèves ne sont pas épargnés (perte de 64%) ;
. 38% des élèves n’avaient pas appris leur leçon.

Objectif de l’étude

Se placer dans une situation la plus classique dans laquelle il est demandé aux élèves d’apprendre les définitions de 25 termes (relatif au domaine de l’EPS).
Puis de mesurer le taux de rétention après 8 semaines, sans réapprentissage.

Déroulé

. La liste des 25 définitions est fournie aux élèves. Il leur est demandé de les apprendre en vue d’un test dénommé Test initial semaine 1.
. Sans prévenir les élèves, et en l’absence de retour sur ces termes, il est procédé exactement au même test en semaine 8.

Résultats

La correction des items s’effectue à partir de trois critères :
. La définition est sue
. La définition est non sue
. La définition est incorrectement sue

Conclusions

1. Le taux moyen d’oubli est de 74% pour l’ensemble de la classe, pour les réponses correctes

2. Les 10 meilleurs résultats au premier test (19,8/25) ont chuté de 64%. Les meilleurs élèves ne sont pas épargnés par l’oubli.

3. Le taux d’oubli frappe tous les élèves, mais les dégâts sont beaucoup plus considérables pour les plus faibles, qui partent d’un score nettement inférieur dès le départ.

4. Les dix réponses les plus faibles ont obtenu une moyenne de 2,1 au premier test, et 0,9 au second test. Un taux considérable d’élèves n’apprennent pas leurs leçons, ou ne savent pas les apprendre.

Il ne suffit donc pas de fournir aux élèves le support d’apprentissage, mais leur expliquer leur fonctionnement cognitif et les placer dans des situations de mémorisation.

 

©Equipe Sciences cognitives, Comment Changer l’Ecole